Peinture anti-bruit ou insonorisant : Est-ce un isolant phonique efficace ?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le confort dans un logement d’habitation passe aujourd’hui forcément par une bonne isolation phonique. Et dans un monde où la pollution sonore peut être un véritable souci, notamment dans les villes, toutes les solutions possibles doivent être envisagées. La peinture anti-bruit constitue un excellent moyen de concilier vos envies de décoration à un besoin de confort sur le plan phonique. Mais la peinture insonorisante est-elle réellement efficace ? Voici l’essentiel à comprendre sur ce revêtement censé réduire le bruit dans les pièces où il habille vos murs.

 

Généralités sur la peinture insonorisante

Ce revêtement peut être utilisé sur les surfaces les plus diverses, exactement comme une peinture classique. Pour la conception de cette peinture voulue anti-bruit, les fabricants s’inspirent des caractéristiques de la neige et de ses propriétés. Le but est d’imiter au mieux la capacité naturelle de la neige à absorber ou à réduire la propagation du son en raison des minuscules poches d’air dont elle est constituée dans sa structure.

La peinture anti-bruit est acrylique. Elle est formée à partir d’eau, avec en plus des microbilles faites de verre. Ces dernières constituent une barrière de son en agissant comme les poches d’air de la neige. Elles absorbent le son et limite donc sa propagation. La peinture anti-bruit est fabriquée dans des colorations mates ou blanches. Certains fabricants proposent de la teinte pour répondre aux envies de personnalisation des utilisateurs. Dans votre intérieur, la peinture anti-bruit peut être associée avec d’autres types de revêtement, à l’instar du lambris.

Poser une sous couche pour la peinture insonorisante

Pour profiter de sa fonction anti-bruit, vous devrez nécessairement opter pour une peinture spécifique phonique à appliquer en sous-couche. Ce revêtement initial a pour objectif de former des coussins d’air qui permettront de maximiser l’absorption du bruit.

La peinture anti-bruit s’applique sur les murs, pour réduire la propagation des sons provenant des pièces voisines. Au plafond en revanche, son rôle sera de limiter le bruit issu du niveau supérieur de l’étage.

La peinture anti-bruit est caractérisée par une odeur très faible et elle est facilement lessivable. Sa composition en fait un bon isolant thermique, car elle limite aussi les pertes de chaleur dans les pièces ou elle est utilisée.

 

Efficacité de la peinture anti-bruit

Certaines études scientifiques ont été menées pour tenter de déterminer très précisément les effets de la peinture anti-bruit dans un espace. Ce revêtement se révèle dans la pratique très efficace, car une baisse de 3 à 15 décibels a été observée selon les cas. Pour les humains, cela correspond à 50 % de bruits en moins. Cette peinture est efficace pour réduire les sons les plus aigus. Dans un environnement où les bruits d’alarme, les cris, les sonneries ou la musique sont le type de bruits les plus répandus, vous profiterez donc d’un confort phonique accru avec la peinture anti-bruit. La peinture anti-bruit se trouve être bien moins efficace pour les sons considérés comme plus graves. Pour des travaux effectués à proximité de votre logement par exemple, une peinture anti-bruit ne changera presque rien à la propagation des ondes sonores.

 

Quels choix pour l’application de la peinture insonorisante chez vous ?

L’épaisseur de la peinture insonorisante dépend essentiellement de vos préférences. Le plus souvent, il sera nécessaire de faire appliquer au moins 3 couches pour être satisfait du résultat et sentir une différence remarquable, comme dans le cas de deux appartements voisins en ville. La peinture agit comme une surface barrière qui empêche que le son ricoche, pour un écho qui disparaît donc. Elle réduira en général très bien le bruit lorsqu’elle est appliquée uniformément, surtout sur les murs d’impact.

La sous-couche phonique de votre peinture peut être appliquée avec un rouleau de nid d’abeille. Pour cela, dégager d’abord les contours et les angles avec une brosse. Le rouleau vous servira à appliquer ensuite soigneusement la peinture insonorisante, mètre carré après mètre carré. Prenez soin de bien superposer les bordures, pour éviter des délimitations visibles. Des passages à l’horizontale suivis de passages du rouleau à la verticale (sans reprendre de la peinture) seront nécessaires pour bien étaler le revêtement de manière uniforme.

Posez ensuite une deuxième couche de votre peinture anti-bruit avec un rouleau à poils mi-longs, pour obtenir un rendu épais et pour une bonne couverture de la surface. Bien sûr, comme pour le cas de la peinture ordinaire, les surfaces à traiter devront être propres avant l’application. Pour les murs présentant des défauts divers, utiliser une toile de verre phonique avant l’application de la peinture insonorisante peut servir à obtenir un résultat encore meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *